algonquin-to-adirondacks

Algonquin aux Adirondacks

Le programme Algonquin-Adirondacks vise à assurer la connectivité écologique et garder et restaurer la biodiversité dans la région qui s’étend du parc Algonquin d’Ontario aux montagnes Adirondack de l’état de New York.

Aperçu

Nouvelles


				CPAWS VO remercie la Fondation Trillium de l'Ontario pour leur support en 2011 et 2012

Géologie

 

Espèces en péril

Pour promouvoir la campagne Algonquin-Adirondacks (A2A) de la SNAP Vallée de l’Outaouais, nous voudrions attirer l’attention sur quelques espèces sauvages qu’a endommagé la non-connectivité de l’Ontario de l’Est. La fragmentation des forêts et l’obstruction des corridors naturels ont contribué au déclin signifiant de nombreuses espèces de flore et de faune.

L’anguille d’Amérique (anguille rostrata)

L’anguille d’Amérique est un poisson de l’eau douce dont la vaste gamme d’habitats et de migrations ne sont pas encore complètement comprises par les scientifiques. L’anguille d’Amérique a une histoire fascinante. Ils atteignent la taille de la maturité en eau douce pendant quelques années. Après, ils retournent à la mer et aux Caraïbes où ils s’accouplent, se reproduisent, et meurent. Les femelles pondent les œufs dans la mer des Sargasses aux Caraïbes.

Les barrages et d’autres barrières de la rivière contribuent à la perte des habitats et à la fragmentation de la population de l’anguille d’Amérique en amont. Malheureusement, pendant plus qu’un siècle, la plupart des barrages bloquent leurs déplacements et aucune mesure préventive telle que les échelles à poisson n’était mise en place. La migration en aval vers l’océan Atlantique est également difficile pour l’anguille d’Amérique car les turbines hydroélectriques des barrages présentent une cause majeure de la mort et
des blessures.

Pendant ces dernières décennies, la population de l’anguille d’Amérique en Ontario a plongé. Dans beaucoup de parties du bassin hydrographique de la rivière des Outaouais, les espèces ont été extirpées.

La station de production d’énergie de Chats Falls de Fitzroy Harbour d’Ontario Power Generation Inc. est en pleine modernisation. Cette station de production d’énergie pose un grand obstacle à la survivance des anguilles d’Amérique de la vallée de l’Outaouais car les eaux de cette région n’ont pas d’échelles à poissons. Un problème similaire existe aux autres stations de production d’énergie en Ontario de l’Est, y compris les autres sites sur la rivière des Outaouais comme aux rivières de Mississippi, de Bonnechère, et de Gananoque. Il est essentiel que les échelles à poisson et d’autres technologies soient utilisées pour tous les sites afin de faciliter le passage en amont et en aval des anguilles. En outre, il faut exécuter un programme de surveillance afin de déterminer si les mesures prises permettent au rétablissement de cette espèce importante. Sinon, il faut mettre en œuvre d’autres précautions. Les technologies, telles que les échelles à poissons, sont disponibles pour permettre au passage des barrières des anguilles d’Amérique.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le programme de rétablissement de l’anguille d’Amérique en Ontario [PDF, seulement disponible en anglais]

Ainsi que l'article suivant: Fish unable to pass through dams in U.S. presents 'cautionary tale' for developing world

Le loup de l'Est

Le loup de l’Est occupait autrefois un territoire s’étendant à travers l’Est de l’Amérique du Nord, aussi loin que les Grands Lacs au Nord. Le loup de l’Est a été éliminé sur la majeure partie de son territoire historique en raison de la perte de son habitat et des tentatives délibérées pendant plus d’un siècle pour exterminer les loups partout sur leur territoire. De nos jours, ils occupent une bande étroite s’étendant du Golf du Saint- Laurent au Sud-est du Manitoba. Les limites exactes de ce territoire sont encore mal définies. Toutefois, les loups sont rarement vus à une grande distance au Sud des parcs Algonquin ou Gatineau. 

Pour en savoir d'avantage, veuillez consulter notre page sur le loup de l'Est.

Accomplissements récents

  • Produire un rapport à vocation scientifique sur le potentiel de conservation de l’axe de Frontenac : un lien entre le parc Algonquin et les Adirondacks;
  • Publication de l’Atlas des communautés de l’écosystème des Mille-îles comme ressource pour une planification et une politique axée sur l’écologie dans la région des Îles-du-Saint-Laurent;
  • Fournir un effort d’envergure afin de conscientiser le public quant aux enjeux et aux perspectives de l’avenir de la région A-A;
  • Fournir des idées indispensables à l’élaboration des plans d’aménagement du Charleston Lake, de l’Arche de Frontenac, de la région des Hautes-Terres de Kawartha et d’autres parcs provinciaux dans la région A-A;
  • Aider à fonder et à supporter l’Association de conservation Algonquin-Adirondacks (A2A);
  • Aborder la question de la conservation du parc Algonquin, le point d’ancrage nord de la région A-A;
  • Jouer un rôle majeur dans la création d’une zone protégée pour les loups de l’Est et les coyotes dans le parc Algonquin et aux abords de celui-ci.

Comment nous aider!

Visitez le Algonquin to Adirondacks Conservation Association site web.

Pour de plus amples renseignements sur la campagne Algonquin aux Adirondacks ou pour vous impliquer, s’il vous plaît communiquer avec John McDonnell à jmcdonnell@cpaws.org ou par téléphone au (613) 232-7297.

Ressources

Header photo by Mdf CC-BY-SA-3.0 via Wikimedia Commons